Peut-on encore éviter le pire?

En matière de bouleversements climatiques, il ne serait peut-être plus minuit moins une, mais bien minuit. Plusieurs « points de bascule » sont déjà atteints, affirme un groupe de scientifiques réputés, qui met en garde contre les « changements irréversibles » qui sont à prévoir au cours des prochaines années à l’échelle de la planète. Un constat qui survient alors que l’humanité manque toujours d’ambition en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Plus d'information dans LeDevoir.com. Lien externe 

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec