L'effet bien réel de la crise climatique sur la répartition géographique du homard

« La température de l'eau joue un rôle déterminant dans la biologie du homard », note la journaliste scientifique Carine Monat au sujet de ce crustacé, qui est de plus en plus abondant dans les eaux canadiennes et de moins en moins présent au large de la Nouvelle-Angleterre. Elle explique que le réchauffement observé en Atlantique depuis une vingtaine d'années n'est pas étranger à ce phénomène. Les eaux de cet océan sont en effet devenues trop chaudes pour le homard, et c'est maintenant plus au nord que le crustacé jouit des conditions les plus optimales pour un meilleur taux de reproduction et de survie.

Plus d'information dans ICI.Radio-Canada.ca. Lien externe 

Une initiative de

Fondation Monique Fizt Back

Partenaires

Gouvernement du Québec Fonds vert du Québec